La collection de modèles à l’École des Beaux-Arts de Tours aujourd’hui

Une histoire mouvementée

La collection de modèles d’après l’antique de l’École des Beaux-Arts de Tours a été sauvée plusieurs fois, avant d’occuper une place privilégiée au sein de la formation C.R.B.C. (Conservation-restauration des biens culturels). En effet, à partir de la fin des années 1960, l’École se voit contrainte, par manque d’espaces, de distribuer sa collection de tirages en plâtre, une idée innovante pour l’époque, dans des collèges et lycées tourangeaux. Le contexte perturbé de mai 1968 a eu des répercussions sur les collections de moulages et a occasionné la destruction de certains tirages. À Tours, les plâtres ont été protégés par un groupe d’étudiants des Beaux-Arts qui en a assuré la garde. Entre les années 1970 et 2000, la collection des modèles a subi quelques pertes (disparitions, accidents de manipulation, etc.). La modernisation des questionnements artistiques, des approches plastiques et des enseignements en école d’art, à partir des événements de mai 1968, ont entraîné un très net désintérêt des enseignants et des étudiants pour tous les plâtres d’une collection jugée dépassée et encombrante. Ils ont été mis en réserve pour la plupart. Certains, particulièrement volumineux, ont servi à décorer les couloirs. Exposés aux passages, quelques-uns ont été endommagés par des chocs occasionnels, quand d’autres ont été vandalisés par des étudiants qui les ont brisés ou qui les ont affublés de couleurs criardes et de dessins suggestifs. Ces différents comportements avec les plâtres n’ont pas été considérés comme du vandalisme, mais comme une forme de familiarité, voire une proximité avec les œuvres, ce qui a longtemps fait relativiser la présence des barbouillages, graffiti et autres collages sur des présences devenues familières. Toutefois, à partir du début des années 1980, la présence de la formation conservation-restauration des œuvres sculptées a sensibilisé la plupart des étudiants en art, ce qui a limité les éventuelles dégradations. Enfin, une campagne majeure de restauration de la plupart des plâtres de l’École a été entreprise en 2008 grâce au généreux financement de Touraine Mécénat Entreprise. 

Une pratique unique

À la suite du déménagement de l’école sur le site de l’ancienne imprimerie MAME, les plâtres ont été déplacés vers la chapelle du Petit-Saint-Martin, annexe de l’École des Beaux-Arts accueillant, à l’exception de certains qui sont installés dans les bureaux de l’administration de l’école. Les tirages sont entreposés sur des étagères métalliques aménagées pour l’occasion et sont également protégés par des plastiques transparents. Les œuvres sont tout de même accessibles et utilisées par les étudiants de C.R.B.C. et leurs professeurs. La présence de ces anciens modèles d’écoles d’art, fait de Tours une exception parmi les autres écoles de restauration française. 

Chapelle du Petit-Saint-Martin (photographie d’A. Fenet)

Une collection unique au double statut de matériel pédagogique et de bien culturel

Aujourd’hui, la collection de moulages est protégée par les enseignants et les étudiants de la formation C.R.B.C. dans le cadre de l’enseignement de l’École des Beaux-Arts de Tours. Actuellement conservée les trois niveaux de la chapelle du Petit Saint-Martin, la collection est mobilisée au sein des ateliers et des pratiques artistiques des étudiants. Les moulages font partie de la formation de ces étudiants et ils sont les seuls en contact permanent avec ces derniers. Les étudiants des autres formations de l’école ne viennent pas utiliser cette ressource visuelle car les approches préventives ne font pas partie de leur formation.

Intégrée à la formation des élèves, la collection de moulages revêt une importance capitale pour l’établissement, d’autant plus qu’elle constitue un précieux témoignage de son histoire. C’est pourquoi l’implication des enseignants dans sa sauvegarde est essentielle. Les sculptures permettent une variété dans l’enseignement par leur variété géographique et chronologique.  Le projet d’une exposition publique des moulages a rapidement été écartée en raison des coûts élevés pour la municipalité et des risques importants pour les œuvres fragiles. Cet épisode met en lumière la double nature des moulages : outils pédagogiques précieux et biens culturels nécessitant des conditions de conservation optimales.

Chapelle du Petit-Saint-Martin (photographie d’A. Fenet)

Les tirages sont utilisés comme sujet dès le concours d’entrée de la formation conservation-restauration de l’école. À la suite de l’envoi de la candidature du portfolio, le futur étudiant passe une série d’épreuves sur table comprenant trois épreuves théoriques (physique-chimie, histoire de l’art et technologie), une épreuve de couleur, une épreuve de dessin et une épreuve de modelage. Ces deux dernières, aux durées les plus longues et aux coefficients les plus élevés, utilisent comme modèles les plâtres de la collection, comme le montrent, notamment, les annales des années 2016 et 2018. La collection des moulages est également mobilisée lors des enseignements de la formation C.R.B.C., dans les cours de dessins, de modelages et de sculptures à mise au point. 

Références


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Natacha Lubtchansky (3 juin 2024). La collection de modèles à l’École des Beaux-Arts de Tours aujourd’hui. Copies Didactiques. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rrh


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search