La reconstitution de la frise du Parthénon dans les écoles d’art 

La reconstitution de la frise des Panathénées du Parthénon à l’École des Beaux-arts de Tours souffre d’un manque de sources auquel Antoine Parlebas, professeur d’enseignement artistique à l’ESAD TALM Tours, a su pallier en nous accordant un entretien, disponible en annexe à cette élaboration : ici. Nous tenons à le remercier pour ces informations ainsi que pour le temps qu’il nous a accordé. 

La frise du Parthénon à l’École des Beaux-Arts de Tours

La reproduction des œuvres antiques par moulage en plâtre est une pratique qui remonte à la Renaissance. Elle se développe particulièrement au XVIIIe siècle : ces moulages se multiplient alors et se retrouvent dans les académies, les cabinets de curiosités ou encore dans les ateliers d’artistes. Cela conduit à une véritable « gypsomania » au XIXe siècle (L. Pressouyre., cité dans Antonini L., 2012, p. 4). Mais au XXe siècle, un changement radical dans la considération des moulages en plâtre intervient. L’œuvre d’art est alors perçue dans son unité et son authenticité. Ainsi, le moulage en plâtre n’est plus reconnu comme un bien muséal. Cette nouvelle appréciation se trouve exacerbée dans les années 1960-1970 (Antonini L., 2012, p. 5).

La collection de moulages de l’École des Beaux-arts TALM Tours n’échappe pas à cette tradition : la gypsothèque y est constituée à partir du milieu du XIXe siècle. En juin 1940, elle est presque intégralement détruite, avec l’ensemble des bâtiments de l’école. Dès 1941, la collection de plâtres est reformée, dans une volonté pédagogique. Cette reconstruction de la gypsothèque se prolonge jusqu’en 1960, en réponse aux besoins d’une école d’art « telle qu’elle est conçue, dans les années 1960 » (A. Parlebas, entretien).

Parmi les œuvres reproduites pour l’École des Beaux-arts de Tours, se trouvent des moulages de la frise du Parthénon d’Athènes. Mêlant à l’ordre dorique des éléments de l’ordre ionique, le décor du Parthénon, entièrement réalisé en marbre du Pentélique, comprend des métopes en haut-relief à l’extérieur de l’édifice ainsi qu’une frise en bas-relief, qui court au haut du parement extérieur de la cella, sous la péristasis. Seule la partie ouest de la frise des Panathénées est reproduite. Aujourd’hui, quatre moulages sont accessibles à la Chapelle du Petit-Saint-Martin : la plaque III complète, deux parties de la plaque XII en deux tirages séparés, et une partie de la plaque XV. Toutefois, ces quatre fragments ne sont que les vestiges d’un ensemble de moulages plus important. En effet, A. Parlebas rappelle qu’il y en avait davantage, qui ont malheureusement été perdus. Ces moulages de la frise des Panathénées participaient, et participent encore, par le prestige de leur provenance et par la qualité de l’œuvre originale, à la qualité de la collection de l’école.

À partir de 1960, année d’inauguration de l’école reconstruite, l’accrochage de ces reliefs dépend, de même que l’ensemble des plâtres de la gypsothèque, de leur matérialité et de l’espace disponible. Avant le déménagement de l’école, en 2008, ils prennent place, contrairement à certaines rondes-bosses, non pas dans la galerie des antiques mais dans le long couloir du premier étage de l’école, qui permet ainsi de « reproduire un effet visuel de la frise » (Morin C. et Podzinski A., 2023). Cet espace correspond à la hauteur relativement constante et aux volumes similaires de ces reliefs, qui étaient alors installés au-dessus des armoires de rangement des étudiants de l’école (Parlebas A., entretien). Cependant, la présentation des moulages de la frise du Parthénon ne suit pas la disposition des reliefs de l’œuvre originale, répondant davantage à une logique de formats plus que d’iconographie ou de respect du modèle (Parlebas A., entretien).

En conséquence de cet accrochage, les reproductions en plâtre de la frise des Panathénées à l’école des Beaux-Arts de Tours ont pris une finalité plus décorative que pédagogique. En effet, il était contraignant d’aller les décrocher pour les employer dans les cours. Les moulages sont donc, depuis les années 1960 et jusqu’au déménagement à la Chapelle du Petit-Saint-Martin, « vraiment intégrés au mur où ils ont traversé les années sans que personne en art n’y fasse attention » (Parlebas A., entretien).

L’usage de la frise des Panathénées dans le cadre général des écoles d’art et des universités

En 1870, une importante réforme intervient dans l’enseignement supérieur français sur le modèle des écoles allemandes. Dès 1876, les universités se dotent de collections de moulages. En revanche, les Écoles des Beaux-arts sont déjà dotées de ce même type de collection depuis un certain temps (Morinière S., 2016). La nature de l’enseignement entre une école d’art et une université est différente. De fait, la collection des moulages dans les Écoles des Beaux-arts est utilisée dans la pratique du dessin tandis que dans les universités, comme celle de Bordeaux, les moulages sont utilisés dans l’enseignement de l’archéologie et l’architecture. En 1878, à la rentrée solennelle des facultés de théologie, des sciences, des lettres et de l’école préparatoire de médecine et pharmacie, l’attrait pour les frises du Parthénon sont directement évoquées : « L’examen des monuments conservés, d’après les moulages, devait tenir ici une grande place. […] Avec l’école de Phidias, les monuments conservés deviennent plus nombreux. Le professeur a étudié, d’après les moulages, la décoration sculpturale du Parthénon » (Morinière S., 2016). 

Frise des Panathénées dans la cour des Mûriers (photographie de KoS, CC BY-SA 4.0 DEED)

La fonction pédagogique des moulages varie en fonction de leur utilisation, en école d’art ou dans une université, il en va de même pour leur mise en valeur qui résulte également de leur emplacement et de la place disponible au stockage des plâtres. Comme nous l’avons vu, à l’École des Beaux-arts de Tours, la frise avait une nature décorative et leur emplacement, en hauteur, ne permet pas leur manipulation et leur utilisation dans les cours de dessin. D’autres écoles semblent rencontrer ce même problème. Dès 1834, l’École des Beaux-Arts de Paris, souhaite constituer un « musée des Études » pour ses élèves, qui ouvre au public à partir de 1875. La frise du Parthénon est installée dans la cour du Mûrier en 1862-1863. Ancien cloître du couvent des Petits-Augustins, fondé par la reine Margot au tout début du XVIIe siècle, la Cour du Mûrier est un lieu de passage dans l’école et non une salle de classe. Leur utilisation comme matériel pédagogique paraît donc assez limitée. La frise semble davantage revêtir une dimension décorative participant à un environnement de travail favorisant l’émulation artistique pour les étudiants de l’École. 

À l’École des Beaux-Arts de Bourgogne à Dijon, au cours du XXe siècle, après la dépréciation des plâtres et l’évolution des méthodes d’enseignement, certains moulages, dont deux frises du Parthénon, sont déplacées dans des écoles primaires de la ville pour éviter d’être détruits (reçu signé par le surveillant général du lycée Victor-Hugo le 30 juillet 1971 conservé à la documentation du Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie). Ils ont été utilisés dans des salles de classes d’art plastique et donc extirpée de l’ensemble de la collection (Esposito A., Markus L. et Montel S., 2021).

Dans les universités, en revanche, les moulages sont conservés dans des conditions de nature presque muséale. Les moulages de l’université de Bordeaux notamment sont entreposés dans le Palais des facultés.  Lors de son inauguration, en 1886, le musée de la Faculté des lettres comptait 280 numéros de moulages d’antiques, pour plus de 350 moulages, reflétant ainsi le goût dominant de l’époque pour l’Antiquité grecque. Sur des photos d’archives prises en 1886 du Palais des facultés, une partie de la frise des Panathénées est visible. La frise était donc mise en valeur et accessible à tous. 

Alphonse Terpereau, Université de Bordeaux – Faculté des sciences et des lettres; musée d’archéologie, tirage photographique, 1886.

Si les moulages dans le cadre des écoles des Beaux-Arts, aux XIXe et XXe siècles, servent à la pratique du dessin, qu’en est-il d’aujourd’hui ? Comme nous l’indique, A. Parlebas, dans l’entretien qu’il nous a accordé, les moulages grecs, notamment la frise du Parthénon, sont toujours utilisés, encore aujourd’hui, pour l’enseignement du dessin dans le cursus conservation-restauration des biens culturels : « Le plâtre c’est d’abord pour le dessin parce que vous avez des effets de lumière, et la façon dont les ombres se mettent sur la surface. (…) Et puis, on prend un plâtre et on le met sur une sellette, ou sur un présentoir, ou autre en fonction de son aspect. Ensuite, le prof le tourne jusqu’au moment où la lumière lui semble idéale et il propose aux étudiants de poser leur dessin » (A. Parlebas, entretien).

Nous avons également eu la curiosité de demander à A. Parlebas, si la présence des plâtres aujourd’hui conservés à l’ESAD TALM Tours, au-delà de leur utilisation pour l’enseignement du dessin, pouvaient stimuler la créativité des étudiants. D’après lui, les questionnements ne sont plus les mêmes en art contemporain : « l’utilisation de l’enseignement sur les plâtres serait sclérosant dans l’enseignement artistique d’aujourd’hui, parce que vous avez le modèle vivant qui n’est plus dans le cadre des modèles anciens et qui apporte suffisamment de choses. […] En revanche, la présence d’un plâtre dans une école, c’est montrer, c’est avoir le souvenir, l’émotion, le respect de la “façon dont…”, ce que ça veut dire un enseignement et ce que ça a été. […] Donc ça peut être un élément stimulant avec beaucoup de respect » (A. Parlebas, entretien).

À ce jour, les moulages antiques sont surtout utiles pour le parcours de conservation-restauration de l’Ecole des Beaux-arts de Tours et composent un patrimoine éducatif et historique (A. Parlebas, entretien).

Bibliographie

  • L. Antonini, « La fragilité immatérielle comme paramètre de la conservation préventive : L’exemple de la collection de moulages du musée des Monuments français », In Situ. Revue des patrimoines, 19, 2012(https://doi.org/10.4000/insitu.9900).
  • A. Bonnet, L’enseignement des arts au XIXe siècle : La réforme de l’École des Beaux-Arts de 1863 et la fin du modèle académique, Rennes, 2006.
  • J. Charbonneaux, R. Martin, F. Villard, Grèce classique : 480-330 av. J.-C., Paris, 2009.
  • P. J. Curtis, R. Fabiana, T. Leviez, A. Pradalier, Sculptures infinies. Des collections de moulages à l’heure digitale, catalogue de l’exposition (Paris, École des Beaux-Arts, 4 décembre 2019 – 16 février 2020), Paris-Lisbonne, 2019.
  • A. Esposito, L. Markus, S. Montel, « Dans le goût de l’antique ». In Situ. Revue des patrimoines, 43, 2021 (https://doi.org/10.4000/insitu.28758).
  • N. Lubtchansky, « Reformation de la gypsothèque de l’École des Beaux-Arts de Tours après la Seconde Guerre Mondiale », Carnet Copies Didactiques, mis en ligne le 22 mai 2023 (https://doi.org/10.58079/vmqe).
  • N. Lubtchansky, « La place des modèles antiques dans l’enseignement de l’École des Beaux-Arts de Tours au XXe siècle », Carnet Copies Didactiques, mis en ligne le 22 mai 2023 (https://doi.org/10.58079/vmqf).
  • N. Lubtchansky, « Muséographie de la galerie des antiques de l’École des Beaux-Arts de Tours (jardin François Ier) », Carnet Copies Didactiques, mis en ligne le 22 mai 2023 (https://doi.org/10.58079/vmqi ).
  • R. Martin, L’art grec, Paris, 1994.
  • S. Morinière, « Les gypsothèques universitaires, diffusion d’une Antiquité modèle », Anabases. Traditions et réceptions de l’Antiquité18, 2013 (https://doi.org/10.4000/anabases.4360).
  • S. Morinière, « La collection de moulages de l’université de Bordeaux, première gypsothèque universitaire française ? », In Situ. Revue des patrimoines, 28, 2016 (https://doi.org/10.4000/insitu.1255).

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Natacha Lubtchansky (3 juin 2024). La reconstitution de la frise du Parthénon dans les écoles d’art . Copies Didactiques. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rri


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search