Présentation de la collection

La chapelle du Petit-Saint-Martin, à Tours, abrite une collection de moulages en plâtre reproduisant les principaux chefs-d’œuvre de l’histoire de la sculpture. Parmi eux, il ne reste plus que 58 modèles issus de l’Antiquité grecque et romaine. Ces plâtres sont toujours utilisée par les étudiants en conservation-restauration des biens culturels, spécialisés dans les œuvres sculptées.

La collection de modèles d’après l’antique à l’École des Beaux-Arts offre une découverte de l’art depuis l’époque orientalisante jusqu’à la période impériale romaine. Les modèles ont soigneusement été sélectionnés afin de proposer aux étudiants les sculptures les plus emblématiques de chaque période.

Chapelle du Petit-Saint-Martin (photographie de N. Lubtchansky)

La collection de l’École des Beaux-Arts de Tours

La gypsothèque de Tours se distingue par une prédominance de sculptures en ronde-bosse, les reliefs y étant peu représentés, à l’exception de la frise occidentale du Parthénon. Outre ces œuvres complètes, la collection présente également des fragments de statues célèbres, tels que les têtes du Discobole et de la Vénus de Milo ou encore le pied du Laocoon.

Pour les périodes les plus anciennes de l’art grec, il y a une prépondérance de modèles de la période classique, révélant l’importance portée aux productions artistiques de cette époque, puisque cette période a longtemps été considérée comme l’âge d’or de la sculpture grecque. Ainsi, la période orientalisante n’est représentée que par le tirage de la Dame d’Auxerre. Cette sculpture datant d’environ 630 av. J.-C., est l’un des rares exemples de sculpture de grande taille conservés de cette période. Quant à la période archaïque grecque (environ 600-480 av. J.-C.), elle est illustrée par des tirages de korai et de kouroi, qui sont des sculptures typiques de cette époque. Elle comprend également quelques modèles sculptés s’écartant des canons classiques, comme le Moscophore ou le cavalier Rampin.

La collection de tirages de sculptures grecques d’époque classique se distingue par la prédominance de figures masculines nues représentant l’idéal athlétique alors en vogue. Plusieurs chefs-d’œuvre statuaires illustrent cette esthétique, dont le Discobole, le Diadumène, le Doryphore ou encore le Torse de Milet. La collection présente également deux versions du tirage de l’Aurige de Delphes, une des versions présente une patine imitant le bronze d’origine, permettant d’apprécier l’aspect visuel originel de la sculpture. Le décor architectural du Parthénon occupe une place notable au sein de la collection. Quatre plaques de la frise occidentale, illustrant la procession des Panathénées, et deux figures issues du fronton oriental, la tête du cheval de Séléné et Dionysos, sont conservées. Enfin, les rares reliefs présents sont datés de la période classique, le Trône Ludovisi, la stèle de l’Exaltation de la Fleur, le relief représentant Niké détachant sa sandale et un des reliefs du Duc de Loulé.

La collection d’œuvres hellénistiques se démarque principalement par la profusion de sculptures en ronde-bosse. On trouve de nombreuses représentations du nu féminin, avec notamment deux types d’Aphrodite accroupie, l’Aphrodite de Naples Fréjus, la Vénus de Milo ou encore la Psychè de Capoue. Ces statues témoignent de l’intérêt renouvelé pour le corps féminin idéalisé. La gypsothèque de Tours expose également des représentations de satyres, comme le Faune cymbalier, le Satyre jouant de la flûte ou encore le Faune au chevreau, mais aussi des figures juvéniles dans des scènes pittoresques, comme la Joueuse d’osselets, l’enfant à l’oie ou encore le tireur d’épine. Ces œuvres illustrent la variété des thèmes explorés par la sculpture hellénistique, allant de la mythologie à la vie quotidienne. Il est à noter que la collection ne se limite pas aux sculptures en ronde-bosse. Des copies en plâtre de deux vases en marbre, le Vase de Sobisios et le Cartère Torlonia, sont également présentes. Ces œuvres témoignent de l’importance de la sculpture sur vase dans l’art hellénistique et enrichissent la diversité des supports représentés dans la gypsothèque.

Enfin, la période romaine de la collection se caractérise essentiellement par la présence de bustes, datés à partir du Ier siècle av. J.-C. On trouve des bustes d’empereurs romains comme Auguste ou Caracalla, portraits officiels aux traits idéalisés qui véhiculaient l’image du pouvoir impérial. Certains bustes représentent des personnages historiques marquants comme Cicéron ou Agrippa. Leur présence témoigne de l’importance accordée aux grands hommes dans la société romaine. D’autres bustes, comme celui de la femme voilée surnommée la Vestale ou la Zingarella, représentent des individus non identifiés, mais dont les traits réalistes révèlent le souci de naturalisme des sculpteurs romains. Enfin, la collection comprend des bustes de divinités à l’instar de celui de Jupiter, appelé Jupiter Talleyrand ou Jupiter Trophonios. Ces sculptures illustrent la permanence des thèmes mythologiques dans l’art romain.

Chapelle du Petit-Saint-Martin (photographie d’A. Fenet)

Ces copies d’après l’antique traduisent un goût pour une Antiquité choisie et sélectionnée par les structures d’enseignement, commun aux écoles d’art de la même époque. 

Les modèles d’après l’antique au sein des écoles d’art et des universités

Alphonse Terpereau, Université de Bordeaux – Faculté des sciences et des lettres; musée d’archéologie, tirage photographique, 1886.

La collection actuelle a été reconstituée en se basant sur les modèles de la collection originale, désormais détruite. Cette dernière avait été constituée principalement à partir des envois effectués par le ministère de tutelle. Par conséquent, les œuvres sélectionnées reflètent les goûts et les orientations pédagogiques prévalentes à l’époque de sa constitution. Les œuvres choisies pour la reproduction en plâtre correspondent aux sculptures emblématiques de la statuaire grecque et romaine, provenant de diverses régions, ainsi que des œuvres issues de découvertes archéologiques récentes, permettant de diffuser une « Antiquité modèle ».
Pour les époques anciennes, la prédominance d’œuvres de la période classique n’est, ainsi, pas unique à cette collection, mais se retrouve également dans de nombreuses gypsothèques, autant des écoles d’art que des universités. En effet, lorsque nous nous plongeons dans d’autres collections, nous pouvons facilement retrouver les mêmes modèles que certains conservés à Tours. 

La Dame d’Auxerre, sculpture emblématique de l’art orientalisant, occupe une place de choix dans les gypsothèques au début du XXe siècle. Son importance réside dans son rôle de témoin précieux de cette période. Ainsi, on trouvait des moulages de la Dame d’Auxerre dans la gypsothèque de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts à Paris, celle de l’université de Lyon, de Montpellier, de Strasbourg ou encore de Genève en Suisse. Sa présence systématique s’expliquait par sa valeur pédagogique pour former les étudiants à l’analyse stylistique et à la compréhension des influences orientales sur l’art grec. La figure du Moschophore revient également assez régulièrement dans les collections de moulages, nous la retrouvons dans la gypsothèque de la Sapienza de Rome, mais aussi dans la gypsothèque universitaire de Palerme ou encore celle de Strasbourg. Cette figure illustre également l’intérêt des gypsothèques pour les découvertes récentes, puisqu’il fut mis au jour sur l’Acropole d’Athènes en 1863. De même, le Cavalier Rampin, mis au jour en 1877, chef-d’œuvre de l’art archaïque, est largement présent dans les gypsothèques universitaires et d’écoles d’art.
Au même titre que le Moscophore ou le Cavalier Rampin, la figure de l’Aurige de Delphes, un des rares grands bronzes conservés découvert en 1896, est très récurrente. Sa présence systématique s’explique par son rôle de modèle pour former les étudiants à l’analyse stylistique et à la compréhension des innovations techniques et esthétiques de la période classique grecque. Les gypsothèques se dotent très rapidement d’un tirage de cette œuvre majeure, notamment Strasbourg qui reçoit un tirage dès 1897.

Fronton oriental du Parthénon, musée des moulages de Lyon (photographie d’Erclairbair, CC BY-SA 4.0)

Le décor sculpté du Parthénon occupait une place de choix dans les gypsothèques, reflétant son importance artistique et pédagogique. La quasi-intégralité de la partie occidentale de la frise ionique représentant les cavaliers lors de la procession des Panathénées était systématiquement reproduite en plâtre. Plusieurs hauts-reliefs et rondes-bosses issus des frontons du Parthénon étaient également présents dans la plupart des gypsothèques. Leur présence systématique s’explique par leur valeur pédagogique pour la formation en histoire de l’art antique. Ainsi, le décor sculpté du Parthénon, par sa qualité artistique et son importance historique, occupe logiquement une place centrale au sein des collections de plâtres européennes aux XIXe et XXe siècles.

Différents facteurs peuvent expliquer cette prépondérance de la sculpture classique dans les collections de moulages. Nous pouvons tout d’abord évoquer le goût pour l’antique qui, rappelons-le, ne représente pas un intérêt nouveau au XIXe siècle, prenant ses racines à la Renaissance. Cet attrait s’est perpétué au fil des siècles et la sculpture antique a toujours été privilégié et mise en avant d’un point de vue esthétique et académique. Nous remarquons ensuite que les gypsothèques et collections de moulages sont composées pendant une intensification des fouilles archéologiques, entre le XIXe et le XXe siècle. Fouilles durant lesquelles de nombreuses sculptures sont découvertes, en particulier à Délos, Delphes et Athènes. L’actualité de la recherche a donc visiblement impacté la production des moulages de la statuaire antique, s’alignant sur les nouvelles découvertes lors de fouilles.  Nous pouvons enfin évoquer la circulation des modèles entre différentes gypsothèques, d’universités et d’écoles d’art. La présence de modèles similaires dans différentes collections pourrait également s’expliquer par la circulation des originaux dans différents lieux.

Musée des moulages de Montpellier (photographie de Finoskov, CC BY-SA 4.0)

L’ensemble de moulages de la chapelle du Petit-Saint-Martin à Tours se présente dans la même lignée que les autres écoles d’art et universités étudiées. Force est de constater que nombre de modèles de la période classique se retrouvent dans les collections à travers l’Europe tels que le Discobole de Myron, le groupe des Tyrannoctones, la figure d’Irène portant Ploutos, ou encore de nombreux moulages de la frise du Parthénon. La gypsothèque de Tours reflète les tendances nationales dans le choix des modèles antiques exposés, à l’instar des autres collections universitaires ou d’écoles d’art de la même époque.
Comme ailleurs, la collection accorde une place prépondérante aux chefs-d’œuvre de la période classique grecque, considérée comme l’âge d’or de la statuaire antique. Les sculptures masculines idéalisées mettant en valeur le nu athlétique. En revanche, les périodes plus anciennes de l’art grec sont très peu illustrées, à l’exception notable de quelques pièces emblématiques comme la Dame d’Auxerre. Cette rareté des modèles archaïques et archaïsants est une caractéristique commune aux gypsothèques de l’époque. La sculpture hellénistique trouve également sa place, avec divers genres représentés : nus féminins (Vénus de Milo, Aphrodites accroupies), sculptures de genre (enfants, satyres) et thèmes mythologiques. Cet éclectisme reflète l’intérêt renouvelé pour la diversité créative de cette période. Dans l’ensemble, le corpus sélectionné témoigne du goût alors prédominant pour une Antiquité grecque idéalisée, privilégiant les canons esthétiques classiques. Ce parti pris pédagogique était partagé par la plupart des écoles d’art et institutions artistiques de l’époque en France.

Bibliographie ciblée 

  • M. Barbanera, Museo dell’arte classica. Gipsoteca, Rome, 1995.
  • C. Chandezon, Musée des moulages. Cabinet d’antiques, Montpellier, 2020.
  • M. Lagrange, F. Miane, « Le Musée archéologique de la faculté des lettres de Bordeaux (1886) », In Situ. Revue des patrimoines, 17, 2011 (https://doi.org/10.4000/insitu.920).
  • A. Lahalle, Les Écoles de dessin au XVIIIe siècle. Entre arts libéraux et arts mécaniques, Rennes, 2006. 
  • S. Morinière, «Les gypsothèques universitaires, diffusion d’une Antiquité modèle », Anabases. Traditions et réceptions de l’Antiquité, 18, 2013, p. 71-84 (URL : https://journals.openedition.org/anabases/4360). 
  • S. Morinière, « La gypsothèque de l’Université de Strasbourg : quand les statues parlent d’elles-mêmes », Archimede, 2, 2015, p. 78-93.
  • S. Rambaldi, La Gipsoteca del Dipartimento Culture e Società dell’Università degli Studi di Parlermo, Palerme, 2017.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Natacha Lubtchansky (3 juin 2024). Présentation de la collection. Copies Didactiques. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rx5


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search